Fontenay-aux-Roses, Elections municipales

Prendre soin des hommes et des animaux: Vers une cohabitation harmonieuse

Insoumis fontenaisiens

21 janvier 2020

Pour construire une société plus juste pour les humains et les animaux non humains il est urgent de repenser la place que l’on réserve aux animaux. La détresse animale et celle des humains sont souvent étroitement liées.

Petit à petit notre cadre de vie se détériore : moins d’arbres, de jardins, trop de pesticides, de lumière la nuit. Nous perdons le contact avec la nature. Les oiseaux, les insectes, les papillons, les chauves-souris, les hérissons n’y trouvent plus leur place et disparaissent … Nous voudrions tous agir pour changer le cours des choses mais connaissons-nous suffisamment ceux qui vivent cachés, tout près de nous pour les protéger ?

Dans les cas où une régulation des populations de faune indésirable s’avère réellement nécessaire, préférer des méthodes alternatives, comme la stérilisation/contraception, les répulsifs ou une meilleure gestion écologique (pigeons, perruches à collier) et mener des actions de sensibilisation afin de changer de regard sur ces animaux et sur leur rôle dans l’écosystème.

La ville peut jouer un rôle très importantpour la préservation de la biodiversité et l’amélioration de la vie des citadins en restaurant les trames vertes, bleues et noires. 9 français sur 10 disent ne pas pouvoir se passer du contact avec le végétal dans leur vie quotidienne.(Mass et al. 2009) (source: UNEP)

http://www.trameverteetbleue.fr/sites/default/files/references_bibliographiques//rapport_etude_outils_contractuels_final_web_1_0.pdf

Nous sommes champions d’Europe des abandons (100 000 chaque année).

Pour lutter contre ces abandons on peut organiser des journées d’information sur les obligations des propriétaires de chiens, de chats, ou de NACS (nouveaux animaux de compagnie) et faire savoir que non, un animal qui est né dans une famille humaine et qui se retrouve à la rue ne peut pas se débrouiller et ne va pas trouver à manger facilement. On peut également organiser des journées de sensibilisation contre les abandons estivaux et favoriser la création de systèmes alternatifs de garde d’animaux (associations, garde d’animaux gratuite entre voisins)

La prolifération des chats est en augmentation et avec elle son lot d’abandons. On ne les voit pas toujours, Ce sont des animaux perdus, abandonnés ou issus d’une portée non désirée dont on s’est débarrassée.

Ils sont promis à une vie misérable, représentent un danger pour les oiseaux et une nuisance pour les habitants (poubelles éventrées, miaulements, odeurs d’urine près des habitations) ce qui les met d’autant plus en danger. La règlementation actuelle donne aux maires la possibilité de gérer ces populations et le devoir de faire régner l’ordre public en ville.

Pour régler les problèmes des uns et des autres la stérilisation des animaux devrait être obligatoire, mais comme le législateur tarde, les associations s’organisent comme Chat Trap 92 à Fontenay aux Roses (environ 300 chats stérilisés par an)

Ce que dit la loi : Il peut être procédé à leur capture pour stérilisation et identification par la mairie ou par une association qui en fait la demande (art. L. 211-27 du Code rural).

Proposition de loi le 30 avril 2019 visant à la stérilisation obligatoire des chats errants tout en donnant aux communes les moyens financiers pour remplir cette mission.

Soigner les chats errants, maltraités, ou abandonnés, les stériliser et les sociabiliser pour leur permettre d’être adoptés, telle est la mission que s’est donnée l’association fontenaisienne. Si le chat est sociable il est confié à une famille d’accueil qui le gardera « en quarantaine » pour s’assurer qu’il ne déclare aucune maladie avant d’être proposé à l’adoption.

Mais, parfois, même sociable, les familles d’accueil étant saturées (actuellement 200 chats attendent un adoptant), le chat doit être relâché sur son lieu de capture où il devra de nouveau affronter les intempéries et tous les dangers. Il sera alors nourri par des bénévoles qui sont souvent obligés de se cacher pour leur propre sécurité mais aussi pour rester le plus discret possible afin de ne pas mettre en danger les animaux.

L’association reçoit des appels de particuliers, de nourrisseurs, de Fontenay ou d’ailleurs, qui sont dépassés par la vitesse où les chats se reproduisent et il lui est impossible de refuser son aide sous prétexte qu’ils n’habitent pas la commune.

Organisons des journées de recherche de famille d’accueil afin de mettre enfin à l’abri ces animaux et leur donner une chance de trouver enfin une famille pour toujours en mettant en place des journées d’adoption.

Pour la population de chats qui ne peuvent vivre qu’en liberté l’association n’a pas de lieux sécurisés. La municipalité pourrait mettre en place des espaces de vie pour les « chats libres » dans les jardins publics, (par exemple à la Roseraie), ou dans les espaces verts des établissements tels que les EHPAD, maison de retraite. Le maire peut aussi signer une convention avec l’Association One Voice qui met à la disposition des municipalités et des bailleurs qui le souhaitent un projet clef en main permettant non seulement de réguler efficacement la prolifération des chats sans-abri (identification et stérilisation) mais aussi de leur redonner la dignité et le respect qu’ils méritent ».

Création du premier refuge pour chats errants en Corrèze

Le maire peut également subventionner l’installation d’abris. Comme à Châtenay Malabry et à Bully les Mines dans le Pas de Calais

Les habitants doivent pouvoir fabriquer eux-mêmes des abris et ainsi recréer du lien entre eux, comme à Nègrepelisse dans le Tarn et Garonne

Les personnes en difficulté puisent un grand soutien dans l’affection et la compagnie de leur animal et il est tout à fait intolérable qu’à leurs difficultés financières s’ajoute la tristesse de voir souffrir leur compagnon sans pouvoir le faire soigner.

La municipalité pourrait signer une convention avec les vétérinaires de la ville et des communes avoisinantes afin de permettre aux personnes dépourvues de ressources suffisantes de faire stériliser (gratuitement) et soigner leur animal à moindre coût. Ces vétérinaires assureraient la stérilisation des chats errants et l’association Chat Trap 92 assurerait leur suivi, leur nourrissage.

Depuis 2004 l'association « Vétérinaire pour tous 86 » se met à la disposition des mairies de la Vienne pour organiser la stérilisation de chats libres (22 euros pour les mâles et 45 euros pour les femelles).

Devenons une ville qui « prête des animaux aux personnes âgées » qui n’osent pas adopter un animal par crainte de savoir ce qu’il deviendra si elles ne peuvent pas l’assumer jusqu’au bout. Les animaux abandonnés tout comme les personnes âgées souffrent de solitude et du manque d’affection. Les réunir fera le bonheur de l’un et de l’autre.

"Je ne suis plus toute seule, se réjouit Denise, la maison revit, parce qu'elle va, elle vient, il y a du mouvement, j'ai de la compagnie et ça apporte beaucoup. Je n'ai pas été bien, avec une rhinopharyngite, elle, elle faisait bien attention à moi »

Comme Cambraisite France 3 Hauts-de-France

Dispositif familles-séniors de la SPA (chien ou chat)

Que ce soit Chat Trap 92 ou la SPA ces associations restent propriétaires de l’animal et assurent les soins vétérinaires.

Les établissements chargés de l'accueil des personnes âgées ou dépendantes acceptent heureusement de plus en plus souvent que le résident amène avec lui son animal qui est bien souvent son seul compagnon de vie.

https://www.capretraite.fr/vivre-en-maison-de-retraite/le-quotidien/animal-domestique-en-maison-de-retraite/

Grâce au projet Chatipi de One Voice il est possible de prendre soin à la fois des personnes âgées et permettre à des chats de trouver un foyer. One Voice installe des chalets en forme de tipi dans des espaces extérieurs des maisons de retraite ou les EHPAD.

Ce que dit la loi : depuis 1986 « les personnes âgées qui ont un animal domestique doivent être autorisées à le garder avec elles, dans la mesure où il ne créera pas une contrainte anormale pour le personnel et où il ne gênera pas la tranquillité des autres résidents ».

Inciter les enfants, lors d’activités périscolaires, à réaliser des nichoirs ou divers objets pour aider une association, un refuge, ou participer à des observations scientifiques à travers les programmes de Vigie-Nature École portés par Noé Conservation et le Muséum national d’Histoire naturelle.

Opération vers de terre (version Vigie-Nature École) Une baisse importante du nombre de vers a des conséquences très négatives sur les cultures de plantes ou sur la santé du sol en général

https://www.open-sciences-participatives.org/fiche-observatoire/139

Opération Escargots (version Vigie-Nature École) Les élèves sont invités à chercher les escargots et les limaces dans leurs cours d’établissements, à les identifier et à transmettre leurs observations aux scientifiques du Muséum.

https://www.open-sciences-participatives.org/fiche-observatoire/142

Oiseaux des jardins (version Vigie-Nature École) L'objectif d'Oiseaux des jardins est simple : permettre à vos élèves d’apprendre à reconnaître les oiseaux et les compter dans la cour d’école, dans un parc public ou même sur son balcon

https://www.open-sciences-participatives.org/fiche-observatoire/143

Vigie-Chiro (version Vigie-Nature École) Vigie-Chiro, repose sur un suivi des chauves-souris lors de leurs activités de chasse et permet d’évaluer leur état de santé. https://www.open-sciences-participatives.org/fiche-observatoire/155

La mise en œuvre d’un programme d’information et de sensibilisation à la condition animale dans les établissements scolaires permettrait d’apprendre aux enfants dès leur plus jeune âge, le respect de l’autre, de sa différence et ainsi favoriser l’empathie envers les êtres les plus vulnérables.

« Promouvoir l'éthique animale dans l'éducation et développer les valeurs d’empathie, de respect, d’altruisme et de responsabilité ».

http://educ-ethic-animal.org/

Lors de la campagne présidentielle les candidats, dont E. Macron, soutenaient « la réintégration de la notion de respect des animaux dans les programmes scolaires.

https://www.animalpolitique.com/manifeste

Contrairement à aujourd'hui, à la fin du XIXe siècle, les premiers programmes d'Éducation civique prenaient explicitement en compte l'éthique animale : « Traiter les animaux avec douceur ; ne point les faire souffrir inutilement (Loi Grammont, sociétés protectrices des animaux. (Bulletin administratif du Ministère de l’Instruction publique, t. XXVII, 1882, n° 504, p. 245.)

Sénateur et députés attirent l’attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'intérêt d'intégrer dans les manuels scolaires des éléments d'éthique concernant les animaux, ainsi que des éléments d'éthologie.

http://www.senat.fr/questions/base/2018/qSEQ180605903.html
http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-9796QE.htm
http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-10110QE.htm

Comme à Nice Interventions dans les écoles de Nice dans le cadre de la campagne annuelle de sensibilisation municipale "Animal dans la ville» Source : Nice-matin

En Belgique https://www.gaiakids.be/fr/actualite/gaia-education-eveiller-au-respect-des-animaux

Ce que dit la loi : La commune organise les activités périscolaires (y compris via la Caisse des écoles), et elle peut mettre en place un Projet Educatif Territorial (PEDT – art. L. 551-1 du Code de l’Education).

Cette expérience que font les enfants de la condition animale favorise chez les futurs citoyens le sens des responsabilités et de la coopération, le rejet de la violence et des discriminations arbitraires, entre animaux comme entre humains.

Le « lien » entre la maltraitance animale et domestique est un indicateur comportemental exploité par les pays anglo-saxons dans le but de prévenir l’escalade de la violence dans les familles et dans la société mais n’est que peu employé en France.

Étude exploratoire consacrée au lien entre violence domestique et maltraitance animal

https://www.huffingtonpost.fr/entry/violence-extreme-animale_b_3154511

Depuis 2016 le FBI considère les actes de cruauté sur les animaux comme des crimes de classe A de même que les homicides et, depuis le 25 novembre dernier cette reconnaissance est devenue une loi fédérale. Les psychiatres admettent depuis longtemps que la cruauté enfantine envers les animaux permet souvent de prévoir de futures conduites... 70% des crimes ont commencé par la maltraitance animale.

https://wamiz.com/chiens/actu/nouvelle-loi-historique-maltraitance-animale-crime-federal-etats-unis-16540.html

Il est possible d’attribuer une délégation sur la condition animale à un membre du conseil municipal et d’un comité de défense des animaux domestiques composé d’élus, un vétérinaire, des membres d'associations, des policiers municipaux. Depuis la loi du 16 février 2015 les chats, comme tous les autres animaux, sont reconnus dans le Code Civil comme des êtres vivants doués de sensibilité.

Comme à Yerres http://www.leparisien.fr/yerres-91330/yerres-lance-son-comite-de-defense-des-animaux-domestiques-26-12-2015-5402555.php

Ce que dit la loi : L’art. L. 521-1 du Code pénal fixe les peines encourues en cas de sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux. (art. 16 du Code de procédure pénale) En cas de mauvais traitements, d'abandon, de sévices graves et d'atteintes à la vie ou à l'intégrité de l'animal des sanctions pénales sont prévues pouvant aller jusqu'à 2 années de prison et 30 000€ d'amende.

Veiller à ce que locaux et équipements municipaux ne soient pas utilisés pour des manifestations considérées comme actes de cruauté et sévices graves sur animaux et interdire les cirques avec animaux sur le territoire de la commune (délibération, arrêté ou refus d’autorisation - art. L. 124-16 du Code rural).

Veiller à ne pas utiliser de ballons en latex lors d’évènement. En s’envolant dans le ciel ils mettent en danger la faune. Fabriqués généralement par polymérisation, ces ballons de baudruche sont non biodégradables. En effet, bien que les déchets souples ne représentent que 5 % des débris ingérés, ils sont responsables de plus de 40 % des décès. Près de 20 % des oiseaux étudiés ayant ingéré des fragments de ballons sont décédés.

Proposition de loi : « Art. L. 541-10-12. – À compter du 1er janvier 2021, les lâchers intentionnels et à titre récréatif de ballons de baudruche en plastique non biodégradable sont interdits.

http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion1966.asp

Pour répondre ensemble à la progression des préoccupations éthiques, sociales ou écologiques, nous pourrions organiser des journées d’échange sur les conséquences de notre consommation sur les animaux, la planète et notre santé.

Nous continuerons à exiger la mise en place d’une Commission de Suivi de Site au CEA de Fontenay aux Roses concernant l’activité des laboratoires de recherches biomédicales (IDMIT) impliquant des virus hautement pathogènes puisque, contrairement au secteur du nucléaire il n’existe pas de gendarme tel que l’ASN (autorité de sureté nucléaire) et l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sureté) pour vérifier que cette activité ne comporte aucun risque pour la population.

Nous demandons également une enquête parlementaire quant à l’utilisation toujours croissante des animaux, pour les tests précliniques, en contradiction avec la Directive Européenne 2010/63/UE en 2015 qui indique que l’on doit utiliser les méthodes alternatives dès qu’elles existent de manière à ce que l’utilisation des animaux diminue.

http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion0576.asp

Depuis 2014, pour répondre aux obligations réglementaires européennes (article 54.2 de la directive 2010/609/UE et décision d'exécution 2012/707/UE), le ministère chargé de la recherche réalise à un rythme annuel une enquête statistique sur l’utilisation des animaux à des fins scientifiques. Dans cette dernière enquête il apparait que la France arrive malheureusement en tête pour les 3 critères retenus sur l’ensemble des 28 Etats membres de l’UE : le nombre de primates non-humains utilisés, le nombre de procédures de classe sévère (degré élevé de souffrance) et le nombre d’animaux provenant d’élevages non agréés de l’UE (mais alors de quels trafics proviennent-ils ?)

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid70613/enquete-statistique-sur-l-utilisation-des-animaux-a-des-fins-scientifiques.html

Organiser des réunions publiques d’information sur les méthodes substitutives à l’expérimentation animale avec le concours de scientifiques et d’élus.